C2Images, pour prendre de la hateur

November 19, 2014

C2Images, pour prendre de la hateur

 

 

Avant c'est bien simple, pour prendre des images vues d'en haut, il fallait soit un avion, soit une grue. Mais ça, c'était avant. Dimitri Rahmelow, journaliste radio, et Christopher Courtois, photographe, proposent aux professionnels des images et des vidéos réalisées avec des drones. Ou quand la communication prend de la hauteur.

Ici, pas de place à l'amateurisme. Lorsque Dimitri Rahmelow, journaliste radio de 38 ans, et Christopher Courtois, photographe de 42 ans, ont décidé de travailler en duo c'est pour mettre en commun leur savoir-faire. L'un est pilote d'avion, l'autre est professionnel de l'image. L'équation idéale pour prendre de la hauteur et proposer aux professionnels des photos et des vidéos aériennes. Mais ici, le drone a remplacé l'avion. « On se connaissait tous les deux dans un cadre professionnel. Un jour, au cours d'un déjeuner, notre envie respective de travailler avec un drone a pris forme », racontent-ils de concert. 

De cette volonté commune d'explorer les possibilités de ces machines volantes est née une collaboration entre leurs deux structures, Axiome et C2Images. Une boîte proposant du pilotage de drone avec un brevet pour les professionnels et une société de production. « J'ai toujours été fasciné par tout ce qui vole. Ma mère était hôtesse de l'air pour Air France.  En mai 2002, j'ai passé mon brevet de pilote à Essey », raconte simplement Dimitri Rahmelow. Christopher Courtois est, depuis 22 ans, un pro de la vidéo et de la photo, correspondant entre autres pour l'agence Sipa. En alliant leurs compétences, les deux Nancéiens se positionnent sur un créneau ultra pointu nécessitant l'expérience de vrais professionnels. 

Avant de faire voler leur premier engin, il a fallu trouver la bonne marche à suivre, apprendre à travailler ensemble, trouver la bonne distance. Il a fallu aussi s'armer de patience pour décrocher les autorisations administratives permettant le survol d'agglomérations. Toutes les préfectures françaises habilitées leur ont délivré le précieux sésame, soit 95 au total. Un marathon administratif de plus de 3 mois mais qui aujourd'hui permet au duo de travailler en toute légalité. « La France est avant-gardiste en matière de réglementation sur les drones. Alors oui, c'est contraignant mais efficace et surtout impératif », souligne Dimitri Rahmelow. Chacun sait qu'en la matière, l'à-peu-près n'a pas sa place. Un drone est une machine volante. Or, tout ce qui vole peut tomber. Sans connaissance pointue en aérologie et en aéronautique, le pari semble impossible. 

Les machines de Dimitri et Christopher peuvent monter jusqu'à 150 mètres de hauteur ! En reportage, c'est Dimitri qui se place aux commandes du drone. Christopher est à l'image, l'œil sur l'écran. Dit comme cela, tout paraît simple. A voir le matériel de ces deux techniciens, on comprend qu'on est loin de l'aéromodélisme ou de la vidéo avec une simple Go-Pro. Les machines signées Drone RC sont tout en carbone. L'une, limitée à 4 kg et très polyvalente, permet le survol en zone urbaine peuplée car équipée d'un parachute. L'autre, d'un gabarit plus conséquent, est équipée d'une nacelle permettant d'embarquer du matériel photo ou vidéo jusqu'à 2,5 kg. Toujours côté technique, l'image proposée est en ultra haute définition. On parle ici de 16 à 36 millions de pixels. Ça c'est pour le matériel. 

L'atout et il n'est pas des moindres c'est la maîtrise de l'image, l'œil du photographe qui capte le cadrage ou la perspective au bon moment. Un supplément d'âme indéniable qui donne à de simples prises de vue ce petit quelque chose en plus. Sur le terrain, les deux hommes ont à disposition deux modes de pilotage. L'un sous assistance GPS, utilisé par exemple pour les somptueuses images réalisées au château d'Haroué. On y découvre un panorama inédit entre le survol de la bâtisse, les détails architecturaux des tours jusqu'alors visible que par les oiseaux ! L'image est d'une netteté incroyable et d'une fluidité qui l'est tout autant. L'autre mode de pilotage est cette fois sans assistance si ce n'est celle du maintien d'altitude. 

Il faut au pilote un geste d'une précision chirurgicale comme pour ce film étonnant tourné à l'intérieur de l'Opéra. Magique. Le spectateur est invité à une balade entre les lustres à pampilles, frôlant les anges d'or et survolant la salle aux couleurs pourpres. Mieux qu'un travelling qui limite le mouvement. On imagine aisément les déclinaisons infinies que sont en capacité de proposer l'alliance de C2Images et d'Axiome. 

 

Par Céline LUTZ, www.lasemaine.fr

Please reload

Nouvelle réglementation européenne des drones pour 2020

March 8, 2020

1/8
Please reload

Recent Posts
Please reload

Archive

CENTRALE DRONES

Get the best by the best

Fuel your drone's passion...

CENTRALE DRONES