Amazon et Google poussent à la porte des prochains tests de vols de livraison.

A la lumière de la nouvelle règlementation FAA (Part 107) pour les petits drones, l'industrie du drone pousse le gouvernement Américain à tester les vols de livraison.

La Part 107 suggère que la FAA va authoriser l'expansion de l'utilisation des drones dans le NAS (National Airspace System).

Vu l'augmentation du nombre de sociétés interessées par la livraison par drones, comme le géant Amazone Prime qui est une partie du groupe Google, l'état va être obligé de répondre positivement à cette demande.

Pour l'instant, la loie requiert que le pilote du drone soit en visuel du drone piloté, et interdit les opérations au dessus de rasemblement de personnes. A long terme, la FAA à indiquée augmenter l'utilisation des drones à des fins commerciales à travers un mécanisme de règlementation spécialisé.

Le 26 Juillet 2016, Amazone à annoncé sa collaboration avec la CAA pour tester la livraison en espace rural et sub-urbain de ses drones en utilisant des capteurs pour identifier et éviter les obstacles.

Très rapidement après cette annonce, Alphabet a obtenue l'authorisation de tester son projet d'aile sous les 400 pieds, sur l'un des 6 emplacements de la FAA spécialement réservés aux tests de drones. Ces expérimentations ont permises de tester des modes de chargements, des vols hors vue du pilote, et un systeme de vol à basse altitude pour les drones.

De grosses compagnies comme Google et Amazone peuvent jouer un rôle très important dans les futures règlementations de drones commerciaux. Cette vague de tests aux US et en Angleterre, supportée par la maison blanche pour aider les drones à s'insérer dans la nouvelle économie Américaine, est de bonne augure et nous promet une rapide réorganisation du paysage de drones commerciaux.