L'armée française compte un nouveau système de drones MALE dans ses rangs

La Direction générale de l'armement (DGA) a annoncé avoir reçu son deuxième système de drones MALE Reaper et dans le même temps avoir commandé le quatrième. Cela permet de répondre aux attentes de la Loi sur la programmation 2014-2019. L'armée de l'air à une nouvelle fois fait appel au constructeur américain General Atomics dans l'attente d'un drone MALE européen prévu pour 2025.

Les objectifs imposés par la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 seront tenus. La direction générale de l'armement (DGA) vient d'officialiser la commande, passée le 5 décembre 2016, d'un quatrième système de drones MALE (moyenne altitude, longue endurance). Avec une livraison prévue en 2019, l'armée de l'air possèdera bien les quatre systèmes requis par la LPM.

Dans le même temps, la DGA a également annoncé la livraison d'une partie du deuxième système de drones MALE. Composé de trois drones, les deux premiers ont été reçus par l'armée de l'air à Niamey, la capitale du Niger, le 31 décembre 2016.

Le dernier drone du système rejoindra prochainement la base aérienne de Cognac (Charente). Il y sera utilisé pour l'entraînement des personnels de l'escadron 1/33 Belfort, en charge de la mise en œuvre des drones MALE français.

Un drone européen toujours en attente

Tous ces drones sont des Reaper, acquis auprès du constructeur américain General Atomics. A l'horizon 2025, le projet de drone MALE européen lancé en 2015 par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, et ses homologues allemand et italien devrait être opérationnel. Jusqu'à la mise en service de cet appareil, la DGA n'a pas d'autre choix que d'acheter des Reaper américains. Souvent critiqué, l'armée de l'air ne dispose pourtant d'aucune alternative à ce jour pour réaliser ses missions de renseignement et de reconnaissance, propres aux drones MALE.

Recent Posts
Archive