Le drone à selfie Lily ne prendra jamais l’air

Lorsque ses concepteurs – Antoine Balaresque et Henry Bradlow – ont dévoilé le drone à selfie Lily, il a fait sensation : autonome, capable de suivre le porteur d’un petit dispositif de tracking et prévu pour être vendu moins de 1000 $, il semblait avoir une belle avance sur ses concurrents. Helas, depuis, les concurrents sont montés en puissance, notamment DJI, qui propose le tracking sans dispositif sur ses drones Phantom 4 et Mavic .

Et du côté de Lily, les ennuis se sont accumulés : l’appareil évoluait bien, assurent ses concepteurs, les membres du programme bêta étaient satisfaits, mais les fonds filaient à toute vitesse pour finalement s’épuiser avant de lancer la production de masse. Pourtant, le financement du projet avait été un gros succès : 60 000 précommandes, près de 34 millions de dollars promis.

Les « backers » seront remboursés dans les 60 jours, de manière automatique si le moyen de paiement utilisé initialement reste valide. Sinon, il faut remplir un formulaire pour se faire rembourser.

Recent Posts