En Lettonie, sauter d'un drone en parachute, c'est désormais possible

«C'était très amusant», a commenté le parachutiste juste après cette première mondiale. Admettant tout de même que, «bien sûr, il y a toujours un risque à le faire pour la première fois»...

L'expérience s'est déroulée cette semaine dans une zone déserte du centre de la Lettonie. Un homme a réussi à effectuer un saut en parachute à partir d'un drone, réalisant une première mondiale selon le fabricant de l'engin, la société Aerones. Cette première tentative de «dronediving» ouvre de nouvelles perspectives aux amateurs de sports extrêmes et aux secouristes.

L'engin d'une surface de 3,2 mètres carrés et pesant 70 kilogrammes est mu par un ensemble de seize rotors capables de soulever une charge de 200 kilogrammes. Le même modèle avait été utilisé en janvier pour lancer le «droneboarding», une nouvelle discipline sportive : il avait alors remorqué à grande vitesse des surfeurs sur un lac gelé.

330 mètres d'altitude

L'opération réalisée cette semaine a été encore plus périlleuse, le drone ayant d'abord pris en charge un homme au sommet d'une tour avant de l'élever à environ 330 mètres d'altitude ! Après un premier essai de soulèvement et de lâchage d'un poids mort de 90 kilogrammes, le tour du parachutiste Ingus Augstkalns est venu.

«C'était très amusant», a-t-il commenté juste après son exploit. Admettant tout de même que, «bien sûr, il y a toujours un risque à le faire pour la première fois»... «Les cinq premiers mètres de montée ont probablement été le moment le plus tendu», a-t-il confié.

«Plus besoin d'un hélicoptère»

«Vous n'avez plus besoin d'un hélicoptère» pour faire du parachutisme, s'est enthousiasmé Janis Putrams, le PDG d'Aerones qui était aux commandes de l'appareil. «Aujourd'hui nous avons fait le premier saut à partir d'un drone, un type de saut complètement nouveau. Il est désormais possible d'effectuer des sauts de n'importe quel endroit, dans les villes, dans le désert, à la montagne», a-t-il encore souligné.

L'idée de fabriquer un drone puissant est venue à Janis Putrams et à ses ingénieurs il y a deux ans. La fabrication de l'engin a coûté 35.000 euros. Pour l'instant, ses batteries permettent un vol de 10 minutes environ. L'entreprise espère pouvoir exploiter ce potentiel pour utiliser à terme ces capacités dans des opérations de sauvetage, par exemple des gens pris au piège sur le toit d'un bâtiment en flammes ou dans d'autres endroits difficiles d'accès.

Cette publication a été adaptée par Cédric Giboulot pour les lecteurs de Centraledrones.com. Le blog de Centraledrones est une sélection des meilleures articles concernant l'aérien, les sous marins, et les drones terretres sur le web.

This post has been adapted to centraledrones.com publication and redirected by Cédric Giboulot for the readers of Centraledrones.com. Centraledrones.com blog is a selection of all the best articles regarding aerial, submarines, and terrestrian drones in the web.

Recent Posts